Les extrémités froides, un calvaire pour les travailleurs de l’extérieur ou zone froide

travailleurs extérieurs

Une fois les pieds dehors, il est normal de frissonner, voire de grelotter, dès les premiers jours d’automne. Et une fois que l’hiver pointe le bout de son nez, la sensation de froid se transforme en véritable calvaire. Solution : se mettre à l’abri à l’intérieur, dans une maison chauffée ou dans un local bien isolé.

Mais alors, comment faire si votre profession vous oblige à rester dehors, même quand les températures baissent ? Opter pour des combinaisons polaires et porter des vêtements multicouches sont-elles les seules options possibles ? Pas nécessairement.

La vague de froid au travail

Le froid « glace » le sang. Et une mauvaise circulation sanguine occasionne le froid ! Dans ce cycle infernal, la sensation de froid est étroitement liée à une mauvaise circulation sanguine. Le problème peut être plus important chez les personnes qui détiennent une température corporelle normale, mais qui ont toujours les pieds et les mains gelés. Que ce soit en hiver comme en été, ces personnes ont une sensation de froid permanente, avec des extrémités engourdies, douloureuses et parfois bleutées. Dans ces cas-là notamment, travailler en tant que jardinier, dans la maçonnerie ou encore en tant qu’inspecteur de permis moto… peut être traumatisant à l’approche de l’hiver.

Quand le réseau sanguin est limité au niveau des extrémités ou quand le cœur ne pompe pas suffisamment de sang, il est difficile de garder les pieds ou les mains au chaud. Une mauvaise thermorégulation corporelle peut également avoir pour origine une anémie. Se traduisant par un déficit en hémoglobine dans le sang, cette affection peut être associée à une carence en minéraux et en vitamines, dont le fer, la vitamine B et l’acide folique. Les fonctions de base de l’organisme étant réduites, la sensation de froid permanente va entrainer de la fatigue, de la pâleur et des essoufflements durant l’effort. Dans ces cas, travailler au grand air peut paradoxalement favoriser une baisse de l’approvisionnement en oxygène dans le corps.

Certes, travailler dehors suppose des activités physiques plus ou moins importantes. L’erreur est pourtant de se dire qu’à l’effort, on gagnera nécessairement en chaleur. Bien au contraire, les frissons et les sueurs froides sont le quotidien de ceux qui exercent des professions à l’extérieur en période de grand froid. Le corps parvient difficilement à se réchauffer, sans oublier la fatigue qui va souvent de pair avec la sensation de froid. En effet à la seule idée de devoir dédoubler d’effort pour gagner en chaleur, l’organisme ralentit de cadence, réduisant l’irrigation du sang jusqu’aux extrémités du corps, en l’occurrence les pieds et les mains.

Quand le froid vous handicape

Travailler dehors à des températures basses n’est pas de tout repos. L’humidité, le vent et les autres aléas climatiques n’ont d’autres effets que de diminuer la thermorégulation corporelle. Avoir les pieds glacés ou les mains gelées peut conduire à une baisse de la productivité au travail, outre les problèmes d’inconfort permanents.

En effet, une température supérieure ou égale à 0°C peut être supportable quand vous bougez suffisamment.  En revanche, entre -10°C et -15°C, le froid devient plus cinglant. L’exposition prolongée (environ 1h) à une température aussi faible peut occasion des risques de gelure grave. Au-delà de ces températures, les dangers s’accroissent et le froid extrême n’aura d’autre effet que d’immobiliser totalement les fonctions normales de l’organisme.

Les astuces qui font la différence

Si vous êtes obligé de rester dehors durant les rudes hivers, durant quelques heures, opter pour des solutions d’optimisation de la chaleur corporelle n’est pas facultatif. Préserver une certaine chaleur corporelle est de mise pour éviter des cas de gelure grave. Porter des gants d’hiver peut être un bon réflexe, bien qu’ils puissent gêner les mouvements et n’éliminent pas radicalement le froid. Il en est de même pour le port de vêtements multicouches, lesquels peuvent malheureusement succomber à l’humidité. Or le contact de linges humides a le don de glacer davantage que de préserver le corps du froid.

Pour apporter de la chaleur à votre corps, spécialement au niveau des extrémités, choisir des vêtements, des équipements et des accessoires chauffants est de mise. Ces dispositifs participent, en effet, à l’optimisation de la chaleur corporelle, surtout aux extrémités là où le corps est soumis à rude épreuve. Une fois l’arrêt de l’activité ou de tout autre effort physique, il n’est pas nécessaire de toujours récupérer la chaleur, étant donné que les mains et les pieds auront été réchauffés de manière permanente.

Outre les mitaines, les chaussettes, les gants et les manchons chauffants, il est également essentiel de lutter contre les carences éventuelles, à l’origine de l’anémie. Intégrer des aliments riches en fer au quotidien, notamment la viande rouge, le poisson, les lentilles, les fèves, le foie, le boudin noir, etc. est à ne pas négliger. Il existe également des compléments alimentaires destinés à optimiser la chaleur corporelle et à réduire la sensation de froid. Plus faciles à consommer, ces derniers peuvent être recommandés aux personnes qui peinent à rétablir la chaleur en améliorant directement la circulation du sang. Ainsi, les pieds et les mains froides retrouvent leur fonctionnement normal, même quand l’hiver s’obstine….